01 septembre 2015

Un amour impossible, Christine Angot

 

image

En cette rentrée littéraire 2015, le blog reprend du service avec l’un des piliers de la vie littéraire française contemporaine, Christine Angot. Dans Un amour impossible, cette dernière reprend les codes fondamentaux de son oeuvre, avec les talents d’écriture que l’on peut lui attribuer. Le point d’ancrage restant, encore et toujours, son histoire familiale, liée, de près de ou de loin, à l’inceste.

Un amour impossible place ici le personnage maternel comme figure principale. Encore une fois donc, Christine Angot se cloisonne dans un tunnel littéraire établit, qui ne surprend plus réellement. Toutefois, il faut là lui reconnaître un positionnement narratif quelque peu différent, focalisant son propos moins sur l’inceste que sur les relations profondes au sein du carcan familial. Du carcan familial, mais également de la relation que la mère entretenait avec le père, ou encore de l’amour mère/fille. J’ai donc été séduit par l’idée, car, finalement, ce qui fait le fondement de l’oeuvre littéraire d’Angot reste ce qui la définit objectivement en tant qu’auteure.

Il est également inutile de préciser que le livre est construit par rapport au propos, oscillant entre dialogues, récit chronologique, anecdotes. La lecture semble fluide, agréable, et Angot maîtrise, comme souvent, l’art du drame et de l’émotion, sans tomber dans un pathos niaiseux. Au final, ce qui lui sied le mieux reste ici ses thèmes de prédilection, du point de vue narratif, mais également structurel. Ce livre pourrait presque, selon moi, réussir à se faire une place de choix parmi les - nombreux - livres proposés encore en cette rentrée, en raison de son caractère médiatique (le label « histoire vraie » qui attire tant), certes, mais également désinvolte et entêtant.

 

Christine Angot, Un amour impossible, Flammarion, août 2015


Commentaires sur Un amour impossible, Christine Angot

Poster un commentaire