07 juin 2012

Noces de sel, Maxence FERMINE

 

9782226241436_1

 

Sous un fond de Camargue, d'amour impossible et d'une écriture bancale, Maxence Fermine livre 120 pages d'un roman aux accents d'inachevé. Dans la lignée de Billard blues ou d'Opium, Noces de sel pourrait faire ressentir au lecteur cette langueur, cet ennui, qui nous fait tourner les pages sans grand intérêt.


Le titre – Noces de sel – est continuellement évoqué, détourné, voire rabâché au lecteur au fil des pages, sous forme d'expression, d'évocation plus ou moins subtile, etc. Tout cela est, de fait, lié à cette écriture. Le style de Maxence FERMINE est, dans ce roman, très difficile à appréhender, de par – de façon très contradictoire – sa simplicité amateur. L'écrivain n'en n'est pas à son premier roman, mais il réside pourtant cette pensée que l'écrivain est un néophyte dans son domaine. Comme s'il fallait combler le manque d'inspiration par des suites de mots. En témoigne cette liste des différents symboles du mariage au fil des années (15 ans, noces de cristal ; 16 ans, noces de saphir, etc.) qui se termine sobrement par l'évocation des noces de sel : un instant ou l'éternité. L'esprit débutant réside également dans l'utilisation de métaphores parfois peu compréhensibles, d'autres fois assez éculées, qui rendent le récit moins plaisant. De plus, le texte est parsemé de digressions, où le lecteur pourrait se demander in petto : quel en est l'intérêt ? Au fil des pages, Maxence FERMINE adopte un ton didactique, à la manière des livres documentaires, pour nous décrire des événements, lieux, etc. Là encore, la question de l'intérêt fait surface.


Le thème fut, quand à lui, traité à de nombreuses reprises en littérature. L'amour impossible en raison d'un mariage arrangé laissait, en effet, peu de place à l'originalité. De plus, le lecteur ne s'identifie pas totalement aux personnages, malgré la volonté de FERMINE de leur donner une consistance psychologique. Il s'essaie d'ailleurs à un certain exotisme dans le prénom de certains : Isoline, Assunta, Maya, … Toutefois, cela ne serait pas suffisant pour faire entrer la plupart des lecteurs dans cet univers.


C'est une fiction pour le moins classique que nous livre ici Maxence FERMINE. Histoire sans réelle possibilité novatrice, écriture enfermée dans un carcan, lieux communs stylistiques, les conditions pour faire un roman engageant n'étaient pas réunies, et c'est avec une certaine lassitude que le lecteur pourrait refermer ce récit. 


Noces de sel, Maxence FERMINE, Albin Michel, mai 2012, 12.50€ 


 

Posté par actulitteraire à 10:02 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

Commentaires sur Noces de sel, Maxence FERMINE

  • Le titre autant que la couverture me laisse perplexe. Je pense que dans une librairie, j'aurais saisi le livre avec ardeur, et l'aurai retourné puis feuilleté dans l'espoir d'y trouver autant de force que le titre envoie...

    Posté par FleurDeMenthe, 06 juin 2012 à 19:36
  • Il ne m'attire pas trop. Fermine ne m'attire pas trop en général. Un peu trop... roman de gare, ou quelque chose dans ce goût

    Posté par Fabien, 06 juin 2012 à 20:48
  • Roman de gare ? Je connais pas Fermine.
    Bon... je vais attendre le verdict de Thomas...

    Posté par FleurDeMenthe, 06 juin 2012 à 21:00
  • Noces de sel

    Je tiens à remercier Thomas (fait partie de l'équipe FNAC???)pour ses commentaires. Notre blog commence à prendre vie tout doucement.
    De mon côté j'ai apprécié "Noces de sel" car j'ai aimé replonger dans Aigues Mortes. Ne connaissant pas cet auteur, je viens de lire "Neige" qui est son 1er écrit et ce roman m'a laissé un goût amer de déception. Je crois que je vais laisser fremine de côté pendant qqs temps!

    Posté par Milie, 06 juin 2012 à 21:48
  • Un auteur à découvrir pour moi !

    Posté par clara, 09 juin 2012 à 08:31
Poster un commentaire